Accueilchirurgie esthetique visage Rhinoplastie – Définition et historique

Rhinoplastie – Définition et historique

Posted in : chirurgie esthetique visage on by : Espoir clinique

Le terme « rhinoplastie» vient de deux mots grecs : “rhino” qui signifie le nez et “plastikos” qui veut dire mouler ou modifier. La rhinoplastie signifie donc la chirurgie du nez. Elle permet de modifier l’aspect extérieur du nez et parfois interne, soit pour remédier à des problèmes de respiration ou à une malformation, soit pour des raisons esthétiques.

Historique de la chirurgie réparatrice du nez

Des textes anciens tentent à démontrer que dans l’Antiquité, les Egyptiens pratiquaient déjà la chirurgie esthétique, entre autre celle du nez. Hippocrate, vers l’an -400, réduisait les fractures du nez avec les doigts ou à l’aide d’une spatule. Dans l’histoire de la médecine esthétique, nombreux sont les témoignages prouvant que la chirurgie nasale a traversé les siècles, plus dans un but de reconstruction (suite à des blessures de guerre par exemple), que dans celui de l’esthétique à proprement parler. Au Moyen-Âge, en Inde, on prélevait de la peau du front, au-dessus du nez, pour faire une greffe sur un nez amputé. Aujourd’hui, La rhinoplastie est une intervention courante : en Franc, environ 15 000 à 20 000 interventions on lieu chaque année.

Les buts d’une rhinoplastie

Structure du nez et dysfonctionnements

Le nez est composé de deux fosses nasales séparées par un cartilage plat appelé cloison nasale. La partie postérieure de cette cloison est, a contrario, osseuse et rigide. Au carrefour entre cette cloison osseuse et les cartilages du nez, est située la valve nasale. Une valve nasale trop fragile peut provoquer un phénomène de pincement du nez à l’inspiration et par conséquent des difficultés respiratoires. Il en est de même avec une cloison déviée. Ces problèmes fonctionnels provoquent des obstructions nasales plus ou moins gênantes.

Autre phénomène de gêne respiratoire, l’hypertrophie des cornets inférieurs provoque une obstruction de la fosse nasale. Il existe aussi des maladies inflammatoires du nez et des sinus auxquelles la chirurgie peut remédier. Lorsque la chirurgie des cloisons nasales est associée à un acte de rhinoplastie, on parle de septo-rhinoplastie.

Des malformations faciales comme les fentes vélo palatines ou le syndrome de Binder apparaissent, bien que rares, chez certains nourrissons. Les fentes vélo palatines sont des malformations qui concernent environ 1,5 naissances sur 1 000. Elles se forment lorsque l’embryon a entre 7 et 12 semaines. Le syndrome de Binder se caractérise par l’aspect diminué de la mâchoire supérieure et du nez. Ces malformations, généralement opérées dans les premiers mois de la vie, peuvent donner lieu, par la suite, à une ou plusieurs interventions complémentaires en septo-rhinoplastie.

Les accidents et traumatismes

Des séquelles dues à des accidents ou coups peuvent faire l’objet d’une réparation grâce à la rhinoplastie. En principe, une fracture de nez doit être réparée dans les dix jours qui suivent la chute ou le coup, soit avant que les os ne se ressoudent. Toutefois, si une fracture n’a pas été suffisamment réduite, des problèmes respiratoires et une déformation du nez sont susceptibles d’apparaître. Une opération de rhinoplastie est alors à envisager pour remédier à une cloison déviée ou simplement réparer le nez.

On parle de rhinoplastie post traumatique. Celle-ci doit avoir lieu au moins six mois après la fracture. En effet, une rhinoplastie n’est pratiquée que si l’œdème a disparu ou beaucoup diminué. Cette rhinoplastie post traumatique est souvent plus complexe à effectuer que la rhinoplastie esthétique. Une septoplastie est souvent pratiquée en même temps.

Les soucis esthétiques

D’une simple gêne au complexe obsessionnel, les patients voient dans la rhinoplastie l’espoir d’améliorer leur image vis-à-vis d’eux-mêmes et vis-à-vis du groupe social. Chaque patient envisageant une rhinoplastie esthétique, souffre de la forme ou de la taille de son nez. Des personnes d’origine asiatique ou africaine procèdent parfois à une rhinoplastie dans le but d’obtenir un nez aux critères esthétiques plus occidentaux.

Actuellement, 60 % des demandes de rhinoplastie relèvent du domaine de l’esthétique. Elles visent à remodeler le nez afin de le rendre plus harmonieux avec le reste du visage. Il s’agira de raccourcir un nez trop long, trop épaté, en « trompette », un nez bossu ou plus généralement de refaire la forme d’un nez que l’on juge disgracieux.

La rhinoplastie peut être envisagée à partir de la puberté -16 -17 ans-. Pour les patients de plus de 40 ans, la rhinoplastie génère souvent un phénomène de rajeunissement. La rhinoplastie doit produire un effet naturel du nez par rapport aux traits du reste du visage. Elle doit être pensée en termes de proportions par rapport à l’ensemble du visage. Il est parfois envisagé de refaire le menton en même temps que le nez pour une harmonisation plus complète. Cette réfection du menton est appelée génioplastie.

histoire rhinoplastie