Accueilchirurgie esthetique homme Calvitie : un frein au capital séduction ?

Calvitie : un frein au capital séduction ?

Posted in : chirurgie esthetique homme on by : Espoir clinique

Et si nos hommes étaient des hypocrites ? La plupart de ceux qui prennent rendez-vous avec un chirurgien esthétique pour envisager une FUE (Follicular Unit Extraction, ou méthode d’implantation du cheveu au résultat très naturel) plus connue sous le nom de pose d’implant capillaire, prétendent vouloir se rajeunir pour rester « au top » dans leur milieu professionnel.

Mais sur les forums consacrés à la calvitie, les préoccupations sont toute autres… Car la question de fond reste : Peut-on plaire aux femmes en étant chauve ?

Ainsi, mesdames, si vous êtes intéressées par ce que vos compagnons ont en tête, ou mieux, sur la tête, rien de tel que d’aller espionner ces entretiens qui montrent à quel point nos amis les hommes peuvent manquer de confiance en eux dès qu’il s’agit de capillarité.

Quand l’un se rassure en affirmant « passé 35 ans, on n’est plus seul, beaucoup de mecs dans la rue sont déplumés et Sean Connery n’a jamais rebuté une femme », l’autre suggère de compenser : « Plutôt que chirurgie calvitied’acheter de coûteux traitements, dépensez votre argent en restos avec votre petite amie ». Une initiative que nous approuvons totalement.

Mais que penser de celui qui estime « palier le problème » auprès de la gente féminine en étoffant le reste de son physique grâce à la… musculation ? Un internaute mécontent donne son opinion : « J’en ai marre du cliché éculé du chauve musclé… dommage qu’il n’y ait pas d’autre choix que de devoir passer ses journées en salle de musculation pour éviter l’effet Michel Blanc »… Cela dit, aujourd’hui, même Michel Blanc s’est mis à la musculation. Pourtant, le mythe de monsieur Propre a vécu.

A l’ère de la « féminisation des valeurs » comme le constatent certains sociologues, l’archétype de la virilité bourrue manque de raffinement. Ainsi, un cadre sup en costume et au crâne entièrement dégarni, se plaint de devoir « se raser deux fois par jour et d’avoir à porter des lunettes d’intello pour éviter de passer pour un videur de boite de nuit en costume ».

Que nos hommes, pour trouver leur Arielle Dombasle, aient donc envie de secouer des crinières romantiques à la BHL parce qu’ils le « valent bien » parait, finalement, bien compréhensible. Et quand la star de l’antichute de cheveux, le comprimé Propécia notifie, côté effets secondaires, la possibilité de « troubles de l’érection, de l’éjaculation et une diminution de la libido », comment ne pas soutenir nos hommes lorsqu’ils envisagent de passer la porte d’une clinique de chirurgie esthétique pour recourir à la plus célèbre des chirurgies esthétiques demandées par les hommes.