AccueilChirurgie esthétique en Tunisie Les principes à la base de la greffe de cheveux

Les principes à la base de la greffe de cheveux

Posted in : Chirurgie esthétique en Tunisie on by : Espoir clinique

Pourquoi peut-on greffer des cheveux? Qu’est-ce qui fait que ces cheveux pousseront a un endroit où les autres sont tombés?

On sait que les cheveux tombent parce que les follicules ou racines sont sensibles aux hormones mâles et que leur temps de vie est déterminé par l’hérédité. Tous les cheveux ne sont pas aussi sensibles. Ceux de la couronne ne le sont pas. Si on les change de place, ils vont continuer à pousser tout comme s’ils étaient restés a leur place initiale. Voilà le principe de base de la greffe de cheveux. On transporte dans les zones découvertes, des cheveux de la couronne qui, eux, ne sont pas appelés à tomber.

greffe de cheveux

Il s’agit d’une autogreffe, une greffe de ses propres cheveux, il ne peut donc y avoir de rejet. Un rejet se produit uniquement lorsqu’il s’agit d’un corps étranger ou d’un tissu ou d’un organe venant d’une autre personne.

Il est important de comprendre ici que l’on ne crée pas de nouveaux cheveux. En prélevant dans la couronne on « redistribue » ce qui reste. Le résultat final de la greffe de cheveux dépend de la zone donneuse, à l’arrière de la tête

Le candidat à la greffe de cheveux

Qui est candidat à une greffe? En principe tout homme ou toute femme qui a perdu des cheveux d’une façon visible. Seuls les cas extrêmes peuvent parfois être refusés, et encore faut-il voir et étudier chaque cas en particulier. Avec le progrès et le succès que connait la technique, de plus en plus de patients en bénéficient.

Quels résultats espère-t-il au juste? Un point fort important est l’expectative du patient.

C’est fondamental, car l’appréciation du résultat final est toujours en fonction de ce que pense le patient. Il est donc primordial d’avoir une conversation franche sur ce sujet. Il importe d’être réaliste en regard des possibilités. Le résultat final dépend évidemment, au départ, de la densité de la zone donneuse. Ceci étant bien compris, les possibilités sont très grandes.