Homechirurgie esthetique visage Carboxythérapie : injection de dioxyde de carbone pour traiter les rides

Carboxythérapie : injection de dioxyde de carbone pour traiter les rides

Carboxythérapie : injection de dioxyde de carbone pour traiter les rides
Posted in : chirurgie esthetique visage on by : Rédaction Clinique Espoir

Carboxythérapie : un “vieux” traitement qui, malgré son âge, lutte contre les signes du temps et les imperfections cutanées les plus détestées. Elle est née dans les années 30, en France, pour lutter contre les troubles vasculaires, et n’est pas encore à la retraite, bien au contraire !

Ces dernières années, le succès de la carboxythérapie s’est accru, la technique a été perfectionnée et est devenue plus efficace, plus sûre et moins ennuyeuse. Avant d’être appelé carboxythérapie, ce traitement était appelé “thérapie au dioxyde de carbone”. Même cela peut sembler étrange : du dioxyde de carbone, CO2, responsable de la pollution de l’environnement et le même gaz utilisé pour ajouter des boissons gazeuses. Mais comment cela fonctionne-t-il ? Quels sont les risques ? Tout le monde peut-il le faire ?

Compte tenu de la remise en forme, nous voyons les avantages et les inconvénients de ce traitement éprouvé.

La carboxythérapie : qu’est-ce que c’est ?

La carboxythérapie est un traitement médical qui consiste à injecter du dioxyde de carbone sous forme gazeuse dans le derme ou les tissus sous-cutanés à des fins thérapeutiques.

Histoire de la carboxythérapie

L’utilisation du dioxyde de carbone dans le domaine médical pour le traitement de divers types de pathologies a commencé en 1932 aux thermes français de Royat, à Clermont-Ferrand. À l’époque, on l’appelait “thérapie transcutanée ou sous-cutanée au dioxyde de carbone”.

À cette époque, les patients souffrant de troubles vasculaires étaient traités par des bains et des douches au cours desquels le dioxyde de carbone était absorbé par la peau, et par des infiltrations sous-cutanées de dioxyde de carbone. L’excellent rétablissement fonctionnel observé chez les patients traités de cette manière a conduit le ministère français de la santé à considérer cette thérapie comme efficace et sûre.

Mais à l’époque, il n’était pas question de carboxythérapie. Le terme a été inventé par Luigi Parassoni, spécialiste en chirurgie esthetique et plastique, qui l’a utilisé pour la première fois en 1995 lors du 16e Congrès national de médecine esthétique de la Société italienne de médecine esthétique.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Le dioxyde de carbone injecté dans le derme ou les tissus sous-cutanés a des actions diverses sur différents systèmes : le système vasculaire, le tissu adipeux et la peau.

Au niveau vasculaire, le dioxyde de carbone provoque la dilatation des artérioles et des métartérioles (c’est-à-dire les vaisseaux qui relient les artérioles aux capillaires). Cela génère une augmentation du flux sanguin dans la microcirculation capillaire.

En ce qui concerne le tissu adipeux, ce gaz a un effet lipolytique (processus métabolique qui implique la dégradation des triglycérides permettant la libération d’acides gras libres et de glycérol). L’effet est à la fois direct, grâce à l’action mécanique du flux gazeux qui affecte les accumulations adipeuses, et indirect : le dioxyde de carbone augmente la disponibilité de l’oxygène dans les tissus, en réactivant le métabolisme cellulaire.

Du point de vue de la peau, le dioxyde de carbone améliore la microcirculation et stimule l’activité des fibroblastes, responsables de la production d’élastine, de collagène et d’acide hyaluronique. L’effet anti-âge est donné précisément par la production d’élastine et de collagène qui se produit grâce à la stimulation du tissu conjonctif.

La carboxythérapie a également un effet purificateur car elle favorise le drainage des liquides excédentaires et l’élimination des toxines.

Les avantages de la carboxythérapie

Cette technique a été étudiée et approfondie au fil du temps, devenant de plus en plus précise et efficace. Actuellement, la carboxythérapie est pratiquée avec succès aux États-Unis, au Japon, en Corée du Sud, dans divers pays d’Amérique du Sud et en Europe. Cette technique est aujourd’hui utilisée dans de nombreux domaines de la médecine : dermatologie, médecine esthétique et médecine vasculaire.

En particulier, la carboxythérapie est extrêmement utile pour toutes les pathologies chroniques qui se caractérisent par des problèmes de microcirculation ou qui bénéficient d’une meilleure oxygénation des tissus. En raison de ses mécanismes d’action, la carboxythérapie est donc efficace dans le traitement des

  • Troubles de la microcirculation, dont le phénomène de Raynaud.
  • Insuffisance veineuse (état caractérisé par un retour veineux insuffisant au cœur).
  • Ulcères veineux et artériels.
  • Cellulite et adiposité localisée également sur le ventre, les fesses, les jambes et les bras.
  • Vieillissement de la peau : il peut être traité sur le visage, le cou, le décolleté, les mains, les paupières inférieures et les cernes.
  • Les vergetures.
  • Traitements anti-vieillissement des organes génitaux féminins.

Comment se déroule le traitement ?

Le CO2 stérile est délivré par un dispositif spécifique, le dispositif médical de carboxythérapie CE-0051 classe IIb. Il est équipé d’un réservoir (qui contient le dioxyde de carbone stérile) et d’un débitmètre qui régule la température et le débit. L’administration dans les tissus sous-cutanés se fait au moyen d’aiguilles extrêmement fines, naturellement jetables, reliées à la machine par des tubes, également stériles.

Le médecin établit à la fois la vitesse de libération du gaz et la quantité de gaz à injecter, en suivant des protocoles thérapeutiques spécifiques pour chaque patient et en personnalisant le traitement en fonction du problème et de la sensibilité du patient.