Accueilchirurgie esthetique mammaire Augmentation des seins : comment choisir ses implants mammaires ?

Augmentation des seins : comment choisir ses implants mammaires ?

Posted in : chirurgie esthetique mammaire on by : Espoir clinique

Une belle poitrine est une composante essentielle de la féminité et un gage d’épanouissement et de bien-être. Si la nature est plutôt inégale là-dessus, la chirurgie esthétique permet aux femmes qui le souhaitent de retrouver des seins harmonieux. Ainsi, en cas de volume mammaire insuffisant, l’augmentation mammaire par implants s’impose comme l’intervention esthétique de référence. Même si la compétence du chirurgien et du personnel médical est importante, le choix de la prothèse est déterminant pour un bon résultat final.

Les critères de choix de l’implant mammaire

Plusieurs critères doivent être pris en compte afin de sélectionner l’implant mammaire adéquat. Le choix dépend du résultat souhaité par la patiente et de ses caractéristiques morphologiques (silhouette, volume mammaire, épaisseur de la glande, état de la peau au niveau de la poitrine…)  

Augmentation mammaire : implants ronds ou anatomiques ?

Les implants mammaires se déclinent sous deux formes :

  • Prothèses rondes : En remplissant la partie supérieure du sein, elles assurent un décolleté prononcé et effet pigeonnant. Néanmoins, leur aspect peut paraître artificiel, en particulier pour les implants volumineux (au-delà de 400 cc). Compte tenu de sa forme, la rotation de l’implant n’engendre aucun désagrément esthétique.
  • Prothèses anatomiques : Ce type d’implant a la forme d’une poire, et améliore le galbe de la partie inférieure de la poitrine. Cependant, si une rotation se produit, elle modifiera la forme du sein et nécessitera une chirurgie de correction.

Le degré de projection de la prothèse mammaire

Pour chaque forme d’implant, Il existe quatre degrés de projection différents (faible, modérée, forte et extra-forte).Plus la projection de l’implant est forte, et plus la taille de bonnet augmentera facilement. En revanche, les implants à profil bas servent surtout à redessiner les contours de la poitrine. Ainsi, ils sont souvent associés à la correction de la ptôse mammaire.   

Le contenu de l’implant mammaire

Le type de remplissage varie d’une prothèse à l’autre :

  • Sérum physiologique : L’implant est rempli d’une solution saline biocompatible. Ainsi, lorsqu’il se rompt, l’implant se dégonfle rapidement et son contenu est absorbé sans risque par l’organisme. Toutefois, les prothèses salines sont moins naturelles à la vue et au toucher.
  • Gel de silicone cohésif : plus résistant, avec effet tactile et visuel très naturels. En cas de rupture, le produit de remplissage ne s’écoule pas hors de la loge d’implantation. Revers de la médaille : la rupture, si jamais elle survient, passe souvent inaperçue.
  • Gel de silicone souple : Grâce à sa faible consistance, le gel siliconé s’adapte selon la position debout-allongée. Même s’il offre un rendu plus naturel, ce type de remplissage est de moins en moins utilisé, car une fuite de silicone serait difficile à contenir.

La surface : lisse, texturée et macro-texturée

L’enveloppe de l’implant influe sur le résultat final, ainsi que sur certaines complications post-opératoires.

  • Les implants à membrane lisse : la surface de l’implant n’adhère pas aux tissus avoisinants. Le mouvement naturel du sein est mieux reproduit, mais l’implant risque de faire une rotation.
  • Les implants texturés : l’enveloppe, plus rugueuse, est censée réduire le risque de contracture capsulaire
  • Les implants macro-texturés : Ils sont pourvus d’une membrane très rugueuse. Le but est de minimiser au maximum le risque de rotation, tout en évitant la formation d’une coque. Néanmoins, des études récentes associent ce type d’implants (en particulier ceux de la marque Allergan) à un risque accru de tumeur lymphatique. Ils semblent également favoriser la formation d’une double coque autour de l’implant.

Le volume : de 125 cc à 600 cc

Le volume de l’implant est exprimé en centimètre cube (cc), qui équivaut à un millilitre. Pour une augmentation mammaire par implant, la moyenne mondiale oscille entre 280 et 350 cc. A titre indicatif, un implant de 200 cc correspond à une taille de bonnet en plus. En deçà de ce palier, le gain de volume est peu perceptible, presque insignifiant.

Le chirurgien vous conseillera les implants les mieux adaptés

La combinaison de tous ces critères se traduit par une gamme d’implant très élargie. En tenant compte des préférences et des attentes de la patiente, le chirurgien l’orientera vers les prothèses les plus adaptées. Le tout est de respecter l’harmonie de la silhouette et d’offrir le meilleur résultat possible.